Les secrets de la porcelaine chinoise Sancai

Les secrets de la porcelaine chinoise Sancai

Au début du 20ème siècle, alors que la dynastie Qing était en déclin, une construction s'érigeait au croisement des deux anciennes capitales, Luoyang et Kaifeng. Le symbole de la civilisation industrielle, la voie ferrée s'étendant sur la terre de la pleine centrale constitue le pont du continent euro-asiatique actuel. Ses rails traversent une terre aujourd'hui stérile et pauvre qui autrefois, irriguée par les eaux du Fleuve Jaune connu une prospérité millénaire.

La route de la soie

Route de la soie

À la montagne Biayun, à Luoyang, le chantier de la voie ferrée reste immobilisé. Ici se trouve le cimetière impérial, l'endroit où sont enterrés les membres de la famille impériale. La coutume était de naître à Suzhou et de reposer à Biayun. Les pilleurs de tombes ont saisi l'opportunité du chantier pour faire leurs affaires. Parmi les objets déterrés, une porcelaine chinoise colorée à ce jour inconnue fascine les experts, cette porcelaine chinoise riche par ses couleurs et issue de la dynastie Tang a été nommée "Tang Sancai".

Tang Sancai est un pur produit de la dynastie Tang, perdurant sur des milliers d'années, seul cet empire a connu prospérité et animation en embrassant diversité et pluralité. C'est à cette période d'ouverture que la route de la soie est apparue accueillant les commerçants venus d'ailleurs avec leurs chevaux et dromadaires. Aujourd'hui Dunhuang est associée aux grottes de Mogao, toutefois, à la dynastie Tang, elle était connue comme une ville plateforme de la route de la soie. Au bord du fleuve Yueya, à Dunhuang, se trouve un village.

Porcelaine chinoise

Même à l'heure actuelle, les chameaux restent leur patrimoine le plus précieux sur lequel repose l'espoir des villageois. Toutefois, les porcelaines chinoises Sancai n'ont nullement volé la vedette à la porcelaine chinoise céladon et la porcelaine chinoise blanche qui sont aussi très populaires à cette époque. La famille impériale en possède également une belle collection.

Sous le même soleil levant qu'il y a 1000 ans, les caravanes à dromadaire sillonnent avec leurs touristes sur la route de la soie. Tel un voyage à travers le temps, nous avons le même désert, les mêmes dromadaires, seuls les voyageurs ont changé. À l'époque, des hommes au nez pointu, à la barbe épaisse, portant un chapeau de feutre et d'épaisses bottes aux pieds traversent la moitié de l'Asie sur leurs chameaux pour arriver à Dunhuang. À l'est de Dunhuang se trouve une capitale attractive où la soie et le vin ne manquent jamais, connue pour sa porcelaine comparable au jade.

La grande ville de Chang'an

Chang'an

Quand ils franchissent pour la première fois les murs de Chang'an, la vue présentée à leurs yeux excède souvent leurs attentes et ils restent sans voix. C'est la première ville au monde à atteindre une population d'un million d'habitants. Sa superficie était 7 fois celle de Rome, 2 fois celle de Pékin de la dynastie Ming et de la dynastie Qing. Le somptueux palais impérial des Ming, le charmant jardin Fujong au printemps, la grande Pagode de l'Oie Sauvage. Autant de merveilles qui font de Chang'an une ville extraordinaire.

Dans la partie est de Xi'an, de nombreuses reconstitutions historiques ont été construites, mais malgré ça, peu de personnes savent que dans cette zone de la ville se trouvait le marcher le plus animé de la dynastie Tang. Durant cette dynastie, Chang'an avait un marcher à l'est et à l'ouest, à l'image de nos centres commerciaux actuels. Le marcher ouest faisait à lui seul un kilomètre carré, il fallait plus d'une heure pour sillonner toutes les rues qui le composait et bien plus si on s'attardait dans les stands.

Marcher de Xi'an

Li Bai, célèbre poète chinois surnommait ce marcher "Le Marcher d'Or" et le décrivait dans ses poèmes comme un lieu de détente animé. Dans les ruelles fourmillent la foule, dont de nombreux étrangers aux habits singuliers, venus réaliser leurs rêves à Chang'an, ils font désormais partie intégrante de la ville. Les poèmes, les chansons, les danses, les peintures, même la gastronomie de la dynastie Tang intègrent tous un aspect de leur culture.

Les découvertes archéologiques

Céramique Sancai

Une question en découle tout naturellement, pourquoi un produit de haute qualité tel que la porcelaine chinoise Sancai n'a pas été cuite en porcelaine plus jolie et plus résistante ? Était-ce par limitation technique ? En réalité, de centaines d'années avant la dynastie Tang, la porcelaine chinoise céladon est apparue dans le sud de la Chine. Puis les techniques de poterie sont arrivées au nord où le peuple a développé une porcelaine presque blanche. Depuis la porcelaine chinoise céladon au sud, et la porcelaine chinoise blanche au nord se font compétition. 

Selon les documents historiques, la porcelaine blanche de la dynastie Tang était devenue courante chez tout foyer. Alors pourquoi les potiers ont-ils abandonné leur technique mature de poterie ? Les porcelaines chinoises actuelles sont diverses et colorées, auparavant, elles n'étaient limitées qu'à 3 couleurs différentes: rouge, vert et jaune.

Porcelaine chinoise

Le bleu était très rare. Jusqu'à la dynastie Tang, le vernis bleu s'est progressivement popularisé. Mais à ce moment là, les chinois ignoraient comment extraire le cobalt bleu. Certains se sont alors demandé si ces porcelaines chinoises représentant souvent des chameaux et des étrangers utilisant le cobalt étaient réellement produites en Chine.

Malgré l’afflux de marchandises étrangères venues par la route de la soie, il reste difficilement démontrable que la porcelaine chinoise Sancai soit originaire de l'Asie de l'ouest. Vu sa fragilité et son poids, il est peu probable qu'on n'est pu la transporter sur une aussi longue distance.

Porcelaine bleue

En 1984, des archéologues ont trouvé les vestiges du four Yaozhou datant de la dynastie Tang à Shaanxi. Sept ateliers de Sancai et trois fours en forme de fer à cheval ont été déterrés avec plus de 4000 outils et débris de Sancai. Par ailleurs, trois autres sites Sancai ont été découverts à proximité de Luoyang et Xi'an, les deux villes principales de la dynastie Tang. Dès lors, le débat sur l'origine du Sancai a cessé.

Néanmoins, ceci n'exclue pas la possibilité que Sancai résulte d'une fusion des cultures occidentales et orientales. Bien que la porcelaine chinoise soit unique au monde, les techniques de coloration en Asie de l'ouest sont aussi abouties. Des preuves indiquent que deux ans après la mort de l'empereur Taizong de la dynastie Tang, l'islam est arrivé en Chine. Peut-être que le cobalt a été introduit par un marchand arabe lorsqu'il vendait ses épices dans un pot en céramique bleue sur la route de la soie.

Arabe désert

Les découvertes archéologiques démontrent que la couleur bleue est rare sur les porcelaines chinoises Sancai de Yaozhou. Malgré sa fragilité et son côté peu pratique, la porcelaine chinoise Sancai a joué un rôle crucial dans l'économie de la dynastie Tang. À 70 km de la ville de Xi'an, au pied d'une colline, se situe la mausolée de Qianling, l'endroit où reposent l'empereur Tang Gaozong et sa femme Wu Zetian, l'unique femme empereur de l'histoire de la Chine. Les archéologues, par soucis de conservation, ont fouillé uniquement les tombes secondaires de nombreuses statuettes funéraires.

Des reliques funéraires royales

Porcelaine chinoise

La dynastie des Qing, 800 ans avant la dynastie des Tang, avaient déjà les statues funéraires de guerriers et de chevaux extrêmement réalistes. Ces statues n'ont pas été colorées de glaçures contrairement à celles des Tang. Les porcelaines chinoises Sancai sont principalement utilisées comme objets funéraires pour créer un monde coloré, éternel au défunt

La culture funéraire permet de témoigner de l'histoire d'un millier d'années. Les moments de danse et de chant de l'ancien temps sont ainsi rendus éternels. Cette éternité se retrouve également dans d'autres objets archéologiques de la dynastie Tang. Le mur du tombeau du prince Zhang Huai représente une scène d'accueil de diplomates étrangers, dans un autre mur, des joueurs de polo vêtus d'habits traditionnels.

Porcelaine chinoise

La dynastie Tang, avec son ouverture d'esprit, a donné un nouvel élan à la poterie. Les fascinantes porcelaines chinoises Sancai ont non seulement poussé l'art de la poterie à son sommet, mais aussi à témoigner des moments glorieux de cette grande ère. En 1957, à Xi'an, dans les vestiges du palais Daming, ont été trouvées des pièces de porcelaines chinoises blanches, marquées du caractère "ing" attire l'attention des archéologues.

Que veut dire ce caractère ? A-t-il un lien avec la famille impériale ? Selon les registres de l'ancien livre de Tang, pendant le règne de Xuanzong, il y avait un entrepôt royal privé appelé "entrepôt de l'abondance de cent trésors". Ainsi, il est probable que le caractère "abondance" soit le sigle de cet entrepôt et que ces porcelaines chinoises aient fait partie de la collection impériale.

Les porcelaines du nord et du sud

Porcelaine chinoise

Qu'en est-il de la porcelaine chinoise céladon ? La porcelaine du sud est la base de la porcelaine blanche du nord, est-ce que la porcelaine céladon a remplacé la dernière ? Le temple Famen se situe à 100 km de la ville de Xi'an, pendant la dynastie Tang, il avait été désigné temple impérial où la famille priait ses dieux. En été 1981, la grande pagode s'est effondrée lors d'un orage, 6 ans plus tard, pendant la reconstruction, un palais souterrain a été découvert et la relique du doigt de Bouddha a été déterré.

À cela s'ajoute une autre découverte: une pierre répertoriant les trésors cachés dans le palais dont sept bols et six assiettes en porcelaine chinoise céladon de haute qualité ainsi qu'un bol vernis d'argent. Ces quelques reliques ne semblaient rien comparées aux bijoux et autres objets précieux. Mais quand les archéologues découvrirent la porcelaine d'une couleur verte pâle, raffinée telle du jade, ils sont restés sans voix. Ces porcelaines de haute qualité virent enfin le jour.

Temple FamenTemple Famen

Dans les 40, on affirmait que la porcelaine secrète n'existe plus, qu'elle n'est plus qu'une légende. Aujourd’hui, cette légende est devenue réalité, et la porcelaine refait surface. Bien que son lieu exact d'origine fasse polémique, les experts s'accordent à dire que la porcelaine secrète est issue de la porcelaine céladon.

Dans un poème nommé "La porcelaine secrète Yue" de Lu Guimeng, poète de la dynastie Tang, est dit "La porcelaine secrète, aussi brillante que la rosée, aussi verte que l'arbre". Certains chercheurs affirment que cette porcelaine est la porcelaine chinoise exclusive de la famille impériale. Le mot "Yue" désignant la région productrice de la porcelaine chinoise céladon.

Porcelaine chinoise

Conclusion

La porcelaine céladon du sud et la porcelaine blanche du nord se complètent parfaitement sur la scène rêveuse de l'empire Tang. Bien que les trésors précieux soient exclusifs à la famille impériale, la gloire appartient aux personnes au delà du mur impérial.