L'histoire des porcelaines chinoises

L'histoire des porcelaines chinoises

Depuis l'invention de la poterie par le peuple chinois, les techniques artisanales de conception et de raffinement de la porcelaine chinoise se sont complexifiées et perfectionnées. Le résultat de telles avancées est une large diversité de porcelaines chinoises de couleurs différentes et de constitutions différentes.

La porcelaine Jun, un produit de luxe

Selon un proverbe chinois, toutes les richesses d'une famille ne valent un seul exemplaire de porcelaine chinoise Jun. Mais quelle est donc cette merveille ? Son charme réside dans ses couleurs de glaçure. Un mélange de bleu, de violet et de rouge. Au lieu de les enduire manuellement, les artisans de l'époque des Song ajoutaient du cuivre dans sa composition. Sa couleur change naturellement en contrôlant la température et l'air à l'intérieur du four. Pour décrire ce processus miraculeux, les chinois disent "Une couleur y entre et des milliers en sortent". En raison des résultats difficiles à anticiper, cette technique avait pendant longtemps disparu.

Porcelaine chinoise Jun

Multicolores, les porcelaines chinoises Jun ont souvent servi à accueillir les fleurs dans le palais impérial. L'empereur Huizong préférait la porcelaine chinoise Zhou à la Jun, plus élégante et douce. On raconte que lors d'une sieste, l'empereur a vu une éclaircie soudaine suite à un orage. Il a compris que c'était un rêve, mais le céladon aperçu dans le ciel de son rêve est resté gravé dans sa mémoire. Il a ainsi ordonné aux opérateurs des fours impériaux de fabriquer une porcelaine de la même couleur que celle de la lumière calme du ciel après la pluie. Cette histoire est-elle vraie ? S'agit-il d'une légende ? En tout cas, elle vient rappeler le goût de Huizong pour l'art. Difficile de comprendre pourquoi un empereur entouré de luxe se serait passionné pour le céladon en particulier. Huizong a été formé à la peinture et à la calligraphie, on peut imaginer que ces activités délicates ont éveillé chez lui une certaine sensibilité au beau.

La porcelaine chinoise blanche

Parmi les cinq types de porcelaines chinoises des Song du nord, ZhouJunGuanGe et Ding, seul la Ding est entièrement blanche alors que les autres rentrent toutes dans la catégorie céladon. La popularité de cette couleur s'est perpétuée après l'époque de Huizong. Le musée national du palais, à Taipei, est connu pour sa collection extrêmement riche d'arts chinois. Parmi ses dix œuvres majeures, les deux seules porcelaines chinoises sont en céramique Zhou. Certains types de céramiques Zhou ont leurs propres charmes, ces petites fissures sur la glaçure s'appellent "Kaipien" en chinois. Provoquées par les défauts liés aux hautes températures, elles ont été transformées et décoration naturelle par les potiers des Song, elles s’entrelacent comme des écailles éclatantes.

Porcelaine chinoise blanche

La dynastie Song et l'art

La dynastie des Song est caractérisée par leur très haute estime portée pour les lettres et le mépris pour les affaires militaires. Les généraux, minoritaires, connaissent pour la plupart un destin tragique tandis que les fonctionnaires ne cessent de prendre du pouvoir. Certains sont même dispensés de peine de mort malgré leur culpabilité. Ce choix des empereurs de délaisser les choses militaires les a obligés à s'abandonner au luxe. La meilleure illustration en est cette peinture célèbre: "Le jour de la fête de la clarté au bord de la rivière". Son auteur Zhang Zeduan, est le peintre impérial de Huizong.

Porcelaine chinoise

Ce panorama de plus de 5 mètres présente toutes sortes de boutique et plus de 500 personnages. Selon les recherches, la population chinoise dépassait alors les 100 millions d'individus à cette époque (1115 après J.-C.). Cette peinture laisse voir la force économique des Song, qui constitue la base de sa culture flamboyante. Par contre, on constate qu'aucun soldat n'est représenté.

Huizong et la richesse

Cinq ans après la fin du règne de Huizong, les gens se pressent comme d'habitude à Quanzhou dans la province du Fujian. Trois ans avant, le capitaine d'un navire marchand transportait des marchandises au Japon pour la première fois. Mais l'offre ne permettait pas de satisfaire la demande. Lors de ce voyage, il a rapporté 4000 bols et 2000 plats en porcelaine.

Selon les estimations des experts, la Chine sous Huizong était le pays le plus riche du monde et affichait une puissance toute aussi grande que sous la dynastie Tang. Son produit intérieur brut pas moins de la moitié du PIB mondial. Cette richesse était due à la prospérité de l'agriculture, du commerce et de l'artisanat. La culture de l'époque, après des millénaires d'évolution, atteignait des sommets comme en témoignent les cinq types de porcelaine reconnus. Ils se mettent en valeur mutuellement, montrant leur qualité, leur finesse et permettent de restituer l'histoire du temps passé.

Durant 120 ans, la dynastie Song n'a pas connu de guerre avec la dynastie Liao grâce au traité de Shanyan, l'empereur Zhenzong l'avait signé pour échanger la paix contre de l'argent. La dynastie ne manque pas d'argent mais peine à assurer la sécurité de ses frontières. Cependant, l'argent ne peut empêcher éternellement les envies de pillage. Et la culture politique des Song a l'air bien fragile devant la force militaire adverse. En 1127, suite à l'invasion de la capitale, les jürchens enlèvent l'empereur Huizong et son fils Song Qinzong. Leurs richesses et leurs œuvres sont emportées dans un déchaînement de brutalité.

Oeuvre de HuizongOeuvre de Huizong

Talentueux pour les arts mais incompétent à son poste d'empereur, Huizong  termine exilé dans la froidure du Nord, il perd sa réputation, sa fortune, son honneur et subit toutes sortes d'humiliations. Un destin qui rappelle celui de l'empereur Liu. Trois ans plus tard, Huizong meurt dans la ville de Wuchang sous le contrôle de la dynastie Xin.

L'héritage de Huizong

Impactée par cette guerre, la fabrication de la porcelaine chinoise n'a pas pu échapper au malheur. Parmi les cinq types de porcelaine chinoise, les sites de production du Zhou, du Zhun, du Guan et du Zhing se situaient au nord, en zone conquise. Le Zhou n'a survécu que 20 ans. Des vestiges de porcelaine Zhou et Zhun n'ont été découvert que dans les années 70 et 80. Quand au site qui habiterait des vestiges de porcelaine Guan, il est encore ensevelit par les sables du Fleuve Jaune sous la ville de Kaifeng et est donc difficilement accessible. Après la chute des Song du Nord, la dynastie rebaptisée Song du Sud, fuit vers le sud et doit se contenter d'une partie seulement du territoire chinois. Elle choisit de s'établir à Hangzhou, s'appuyant sur l'abondance de cette région. Les Song du Sud suppriment par ailleurs les coûts du transport fluvial.

HangzhouHangzhou

Le souvenir des humiliations du passé est encore vivace chez Zhao Kuangyin, le premier empereur du Sud qui s'adonne à la calligraphie. Zhao Kuangyin n'a lui non plus, pas l'étoffe d'un grand empereur sur le plan militaire. Dans les livres historiques, on peut trouver le récit que les Song du Sud ont construit un four officiel en suivant le modèle de Huizong. Mais aucun site historique n'a jamais été identifié, empêchant de retrouver des vestiges. En 1956, un autre four officiel de l'époque à par contre été déterré à Hangzhou, la porcelaine d'ici est plus gracieuse et tendre que celle des Song du nord. Dans la province de Guangdong, Longchuan est connu pour ses épées mais aussi pour ses porcelaines chinoises céladon. Contrairement aux couleurs sombres de la porcelaine chinoise Hué de celle de Yaozhou, les céladons de Longchuan avec leurs couleurs roses et grises sont magnifiques.

Le retour de la porcelaine

La porcelaine des Song du sud doit sa renaissance en partie à une situation embarrassante. Lors de la dynastie des Song du nord, des tribus nomades avaient déjà occupé le nord de la Chine. Pendant les Song du sud, la route terrestre de la soie était complètement coupée. Alors sous l'influence des Khitans, l'ouest de l'Eurasie ignorait ainsi l'existence des Song. Aujourd'hui encore, la prononciation du mot "Chine" en russe, ressemble beaucoup à celle de "Khitan": Китай (Kitay).

Pour développer le commerce, la Chine oriente ses activités vers la mer. C'est ainsi que la route maritime de la soie gagne ses heures de la gloire. La province du Guangdong aurait alors été capable de produire jusqu'à 130 millions de porcelaines chinoises par an. D'après les écrits des responsables de production de l'époque, quinze pays aurait pris part au commerce de la porcelaine des Song du sud. Certains experts considèrent cette estimation comme trop modeste, mais les chercheurs japonais affirment que la porcelaine chinoise a atteint les villes de Mésopotamie.

Comme l'exprimaient les poètes de l'époque, l'ambiance douce de Hangzhou où l'on s’enivre d'alcool et se satisfait de copieux repas, risque de ne durer qu'un temps. La capitale se complaît dans l'abondance des richesses du Sud de la Chine. Alcool, chants, dance, la région éblouit littéralement les visiteurs.

Mais qu'en est-il du céladon ? À l'inverse des bols élégants et pures aux couleurs légères qui étaient la norme jusque là, les pièces en porcelaine chinoise céladon sont toutes noires. La glaçure du céladon laisse voir des veines fines et régulières. Lorsqu'un bol de cette précieuse porcelaine est rempli de thé, il ressemble à une nuit, son intérieur ressemble à une nuit éblouissante qui scintille à travers la vapeur et l'eau. Pour les habitants de l'époque, la dégustation de thé constituait un art de vivre qui se matérialisait dans un esprit de compétition: le combat de thé.

Le céladon

Porcelaine chinoise Céladon

Mais que sont devenus les céladons et la porcelaine laiteuse admirée par les empereurs ? Dans le four, le mélange de matériaux locaux et de cendres végétales forme des motifs uniques appelés "fourrure de lièvre" ou "goutte d'huile". Pour l'empereur Huizong, les bols vert clair étaient considérés comme précieux. Quand aux bols fourrure de lièvre, il disait qu'ils étaient encore supérieurs. La population de l'époque des Song préféraient le thé blanc à moitié fermenté et infusé sous forme de poudre. Plus blanche était sa couleur, meilleur était le thé. Le blanc du thé s'accorde très bien avec le noir du bol, le contraste aide à distinguer la qualité du thé.

Une ouverture sur le monde

Depuis la création de la porcelaine, durant 1000 ans, les poteries simples ont occupé une place importante dans toutes les civilisations du monde. En Chine, cette habilité à fabriquer la porcelaine ne se transmet qu'en famille, de génération en génération. Il reste maintenant à vendre ces objets délicats aux amateurs d'art à l'étranger.

Boussole chinoise

La richesse des Song a favorisé le développement technologique. Parmi les quatre grandes inventions de la Chine antique, la boussole, l'imprimerie et la poudre à canon ont été découvertes à cette époque. Un livre de l'époque atteste de la première utilisation d'une boussole pour la navigation maritime. "Il faut s'appuyer sur la boussole en cas de temps couvert" conseille ainsi l'ouvrage. La boussole a permis de mener la porcelaine chinoise à l'autre bout du monde.